sacristain


sacristain

sacristain [ sakristɛ̃ ] n. m.
• 1552; secrestain XIIe; lat. ecclés. sacristanus, du syn. sacrista « celui qui s'occupe des objets sacrés »
1Celui qui est préposé à la sacristie, à l'entretien de l'église. marguillier. Vx et péj. Personnage sottement dévot, calotin.
2(1938) Petit gâteau de pâte feuilletée, en forme de rouleau.

sacristain nom masculin (ancien français secrestain, du latin médiéval sacristanus) Employé qui a le soin de la sacristie d'une église. Petit gâteau feuilleté. ● sacristain (citations) nom masculin (ancien français secrestain, du latin médiéval sacristanus) Adrien Leroux de Lincy 1806-1869 Comme chante le chapelain, ainsi répond le sacristain. Livre des proverbes français

sacristain
n. m. Homme qui a la charge de la sacristie d'une église.

⇒SACRISTAIN, subst. masc.
A. RELIGION
1. Celui qui a le soin de la sacristie, qui prépare les objets nécessaires au culte et aux cérémonies, entretient et orne l'église. Synon. région. sacriste (v. rem. infra). Il n'y a, dans l'église, que les sacristains qui ont maintenant le droit de faire resplendir le beau. Ils allument les cierges immaculés, ils dressent harmonieusement les vases de fleurs, ils remplissent les cassolettes d'encens, ils font reluire l'or des tabernacles, ils manient tout le jour les chasubles dorées et les calices précieux (Abbé MUGNIER, Journal, Paris, Mercure de France, 1985 [1879], p. 28). Il prenait la mine vertueuse et offensée d'un sacristain égaré en mauvaise compagnie (AYMÉ, Jument, 1933, p. 213). V. abbaye ex. 3.
En appos. avec valeur d'adj. À la fin des complies, le père sacristain alluma tous les cierges de l'autel (HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 233).
Empl. subst. fém., rare. Synon. vx de sacristine. J'avais jadis — je vous parle de mon ancienne paroisse — une sacristaine épatante, une bonne sœur de Bruges sécularisée en 1908, un brave cœur (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1037).
2. Grand sacristain. Dignitaire de l'Église arménienne chargé de représenter les intérêts de ses fidèles. L'archevêque Kazandjian, élu à vie grand sacristain de la communauté arménienne de Jérusalem, en mars 1981 (Le Monde, 11 nov. 1982, p. 4, col. 3).
3. Péj., vx. Partisan du clergé, membre d'associations religieuses. Synon. bigot, calotin. Mais à qui parlé-je? Des ministres, des journalistes, des sacristains et des pédants! Est-ce que ce monde-là s'inquiète des problèmes de l'économie sociale (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 192). [Cazaban] commençait à accuser de mollesse le gouvernement, et notamment Trochu, qu'il traitait déjà de sacristain et de capitulard (COPPÉE, Idylle pendant siège, 1874, p. 100).
Empl. adj. fém., rare. De sacristain. On les voyait [les républicains cléricaux] ruminer, entre des mandibules flétries, leur vieux rêve d'une république sacristaine (BERNANOS, Gde peur, 1931, p. 105).
B. — PÂTISS. ,,Petit tortillon de feuilletage, généralement poudré de lamelles d'amandes grillées`` (Ac. Gastr. 1962).
REM. Sacriste, subst. masc., région. (Ouest), synon. de sacristain. Il nous faut (...) des personnes qui ne soient pas exclusivement des dévots... — Pas de marguilliers édifiants et de sacristes pieux! s'écria Durtal (HUYSMANS, Oblat, t. 2, 1903, p. 19).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1150 segrestain « celui qui est préposé à la sacristie » (WACE, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 1427); 1375 sacrestain (Moulins, Arch. P 1355 ds GDF.); 2. 1793 péj. « croyant, bigot » (C. DESMOULINS, Vieux Cordelier, n ° II ds BRUNOT t. 9, p. 899); 3. 1962 pâtiss. (Ac. Gastr.). Du lat. médiév. sacristanus « préposé à la sacristie » (Xe s., v. NIERM..), segrestanus (1128, v. LATHAM), secrestanus (XIIe s., ibid.), dér. du lat médiév. sacrista « id. » (ca 1070, v. DU CANGE t. 1, p. 315, s.v. apocrisiarius 2), lui-même dér. de sacer « sacré »; sacrista est représenté par l'a. fr. sacriste « sacristain » att. dep. le XIIIe s. (v. T.-L. et GDF.), et qui a vécu dans certaines parlers région. (v. FEW t. 11, p. 32). Le lat. sacristanus a évincé secretarius (att. au sens de « sacristain » dep. le VIe s., v. NIERM.) mais l'infl. de ce dernier explique certaines formes du lat. et de l'a. fr. Fréq. abs. littér.:238. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 209, b) 222; XXe s.: a) 565, b) 374.

sacristain [sakʀistɛ̃] n. m.
ÉTYM. 1552; secrestain, v. 1155; sacrestain, 1375; lat. ecclés. sacristanus, de sacristia. → Sacristie.
———
I
1 Celui qui est préposé à la sacristie, à l'entretien de l'église… (→ Croix, cit. 14; génuflexion, cit. 2; ordre, cit. 42).
0 Délurier qui a poursuivi ses études aux frais des prêtres, sort du grand séminaire après trois mois de théologie pour être sacristain « dans une église, dit sa mère, où il gagnera plus d'argent que le curé ».
M. Jouhandeau, Chaminadour, II, XII.
2 Vx. Faux dévot, bigot. Calotin.Adj. || Il est un peu sacristain.
———
II (XXe). Petit gâteau de pâte feuilletée, en forme de rouleau, garni d'amandes grillées.
DÉR. Sacristaine.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sacristain — Sacristain. subst. m. Celuy qui a soin de la Sacristie. Sacristain, est aussi, Celuy qui possede en certains Chapitres ou certaines Abbayes, Le benefice qu on appelle Sacristie …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sacristain — Sacristain, que par corruption on dit Secretain, Sacrarius. Hierophylax, vulgo Sacrista …   Thresor de la langue françoyse

  • Sacristain — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Un sacristain est une personne qui a le soin de la sacristie d une église et des objets sacrés (calices, ciboires). Formes anciennes : segretain,… …   Wikipédia en Français

  • SACRISTAIN — s. m. Celui qui a soin de la sacristie d une église. Le sacristain de telle paroisse …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SACRISTAIN — n. m. Celui qui a soin de la sacristie d’une église. Le sacristain de telle paroisse …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • sacristain — (sa kri stin) s. m. Celui qui a soin de la sacristie d une église.    Celui qui est pourvu du bénéfice appelé sacristie. HISTORIQUE    XIIe s. •   Robers li segretains...., Th. le mart. 124.    XIIIe s. •   Leens avoit un soucretain..., RUTEB.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • sacristain — nm. klèr / tlèr (Saxel), klyê(r) (Albanais, Combe Sillingy | Cordon), klyar (Compôte Bauges, St Nicolas Chapelle) ; bedô <bedeau> (Chambéry) ; bnatché (Montagny Bozel.) ; sakristin (Peisey). E. : Clerc, Demande …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Sacristain (eglise) — Sacristain (église) Pour les articles homonymes, voir Sacristain. Un sacristain est une personne (laïque ou religieuse), employée par le Diocèse, chargée de la tenue de la sacristie et du bon déroulement matériel des célébrations. Le sacristain… …   Wikipédia en Français

  • Sacristain (patisserie) — Sacristain (pâtisserie) Pour les articles homonymes, voir Sacristain. Un sacristain est un petit gâteau fait d’un bâtonnet de pâte feuilletée torsadé, parsemé de noix et saupoudré de sucre. Comme d autres pâtisseries (Religieuse, Jésuite, Pets de …   Wikipédia en Français

  • Sacristain (église) — Pour les articles homonymes, voir Sacristain. Un sacristain est une personne (laïque ou religieuse), employée par le Diocèse, chargée de la tenue de la sacristie et du bon déroulement matériel des célébrations. Le sacristain prépare notamment… …   Wikipédia en Français